Un fond activiste a utilisé le Data Guru pour faire des millions sur Nintendo


Articles / mercredi, avril 3rd, 2019
Partagez autour de vous !

Les fonds spéculatifs chercheront partout un avantage. Quand il s’agit de négocier des actions de Nintendo Co. ils se tournent vers une petite boutique de recherche dans un coin de Tokyo mieux connu pour les libraires d’occasion et les magasins de guitare.

Media Create Co. est l’idée d’Atsushi Hosokawa, 63 ans, qui s’est lancé dans le démarchage téléphonique de magasin de jeux vidéo pour collecter des informations. Son entreprise suit maintenant les ventes au Japon et dans d’autres pays asiatiques, pour estimer les expéditions avant même les communiqués officiels de l’entreprise avec suffisamment de précision, attirant plus de deux douzaines de fonds activistes en tant que clients. L’an dernier, la société a annoncé que les livraisons de la console portable Nintendo Switch n’augmentaient pas aussi rapidement que prévu, ce qui a permis de gagner des millions pour les clients qui ont écoulé le stock avant que le fabricant de jeux ne réduise ses livraisons, en janvier.


Atsushi Hosokawa fondateur de Media Create Co.

L’entreprise de 11 personnes de Hosokawa prend de l’importance dans un contexte de désaccord croissant sur les perspectives d’avenir de la Nintendo Switch. Les dernières données de Media Create montrent que Nintendo devrait facilement atteindre son nouvel objectif lorsqu’elle publiera ses résultats le mois prochain, suggérant que les actions pourraient obtenir un coup de pouce bien nécessaire après une performance lamentable l’année dernière.

« Nos données n’échouent pas », a déclaré M. Hosokawa lors de sa première interview il y a 10 ans. « La Nintendo  Switch est toujours en pleine croissance pour sa troisième année. »

Media Create fait partie d’une industrie en plein essor de fournisseurs de données spécialisés qui aident les investisseurs à faire des paris plus réfléchis sur tout ce qui touche aux actions, aux marchandises et aux devises. Cette société de 25 ans se distingue par ses relations étroites avec environ 2 000 magasins de jeux et des dizaines d’éditeurs, qui fournissent chaque semaine aux analystes d’Hosokawa des données sur les points de vente et les expéditions de matériel et de logiciels au Japon, en Corée du Sud et à Taiwan.

Les données ne sont pas complètes, mais ses analystes extrapolent avec ce que Hosokawa appelle « keikensoku« . Le terme est généralement traduit en français par « règle empirique », mais il signifie littéralement « mesurer par l’expérience ». Les clients paient 20 000 $ ou plus par année pour des rapports qui prévoient les tendances locales et internationales.

Hosokawa, qui fournit gratuitement des statistiques clés chaque semaine sur son site Web, a déclaré qu’il est plus facile de prédire les tendances mondiales pour Nintendo que pour ses concurrents (Sony Corp. par exmple). Cela est dû en partie au fait que Nintendo publie une répartition régionale des ventes de Nintendo Switch, selon Serkan Toto, fondateur de la société de conseil Kantan Games Inc. basée à Tokyo.

Les sociétés d’études de marché comme Media Create mettent davantage l’accent sur les ventes que sur les bénéfices, ce qui relève du ressort de la plupart des analystes financiers. Leurs conclusions peuvent être particulièrement utiles au cours des premières années suivant le lancement des nouvelles consoles, lorsque l’adoption du matériel est un signal fort pour la future rentabilité. Le principal concurrent d’Hosokawa au Japon est Kadokawa Dwango Corp. qui est également populaire auprès des investisseurs.

Hosokawa a refusé de nommer des investisseurs qui utilisent son service, mais a déclaré que l’intérêt des clients pour Nintendo a bondi en mai alors que les données de Media Create ont montré que les ventes de Nintendo Switch étaient stables – en contradiction avec le consensus du marché qui annonce une hausse de 30% au cours du dernier exercice financier qui s’est clôturé en juin. A peu près à la même époque, les actions de Nintendo ont commencé à s’effondrer, plusieurs fonds spéculatifs, dont Melvin Capital Management, ont accumulé d’importantes positions courtes.

La croissance des ventes de Nintendo Switchs s’est accélérée après la sortie des titres majeurs tels que Let’s Go Pikachu and Eevee en novembre et Super Smash Bros. Ultimate en décembre, mais pas assez pour atteindre l’objectif annuel de Nintendo. L’entreprise a finalement réduit l’objectif en janvier, ce qui a fait chuter de nouveau le cours de ses actions.

Melvin Capital aurait fait un pari à découvert d’au moins 67 millions de dollars, selon les calculs de Bloomberg qui supposent que le fonds activiste détient toujours la même position que celle qu’il a présentée dans son dernier dépôt réglementaire à la Bourse de Tokyo en août. David Kurd, directeur d’exploitation de la société, a refusé de commenter les négociations avec Nintendo.

Les actions de Nintendo ont gagné 1,1 % cette année. L’an dernier, le titre a chuté de 29 %, sa pire performance annuelle depuis 2011.

Malgré l’inertie de la Nintendo Switch en 2018, Hosokawa est optimiste à propos de la console hybride. Il s’attend à ce que les livraisons de matériel informatique atteignent leur maximum au cours de l’exercice financier qui commence en avril, ce qui impliquerait que Nintendo vendrait plus que les 17 millions d’unités qu’elle prévoyait d’envoyer au cours de cette période. Les analystes de Wall Street sont divisés, certains, dont UBS Group AG et Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities Co. s’attendent à ce qu’elle vende moins d’appareils au cours de la prochaine période.

« La Nintendo Switch se vend très bien dans toutes les catégories démographiques, enfants, des adolescents et adultes, un exploit réalisé uniquement grâce à l’appareil portable DS de Nintendo, le produit le plus vendu de l’histoire, c’est de bon augure pour les ventes à long terme »
dit Hosokawa.

« Nous nous attendons à ce que sa durée de vie soit de sept ans », a-t-il déclaré lors d’une interview accordée au bureau de Media Create dans le quartier du Jinbocho à Tokyo. Le quartier pittoresque, plein de cafés japonais d’avant-guerre, est populaire auprès des étudiants et qui a servi de décor à des romans japonais, dont Norwegian Wood d’Haruki Murakami.

Hosokawa a fondé la société en 1994, l’année où la PlayStation a été mise en vente au Japon. Prévoyant que les dirigeants de l’industrie florissante des jeux vidéo auraient besoin d’informations sur les ventes pour prendre des décisions, il a commencé à établir des relations avec les chaînes de magasins de détail pour demander des données sur les points de vente. Au cours de la dernière décennie, les investisseurs ont également commencé à y adhérer. Aujourd’hui, il dit que Nintendo est la société la plus convoité par les fonds activistes qui viennent aussi bien de Singapour, de New York que de l’étranger.

Les données hebdomadaires gratuites de Media Create en font également une source populaire pour les joueurs, les investisseurs particuliers et les analystes en ligne. Hosokawa a dit que c’est sa façon de contribuer à l’industrie du jeu, bien qu’il ne soit pas sûr que cette pratique se poursuive après une révision de la politique de l’entreprise le mois prochain.

« Avec nos données, nous essayons d’être l’infrastructure de l’ensemble des industries », a-t-il dit, expliquant son intention d’étendre sa collecte de données à la Chine et l’Asie du Sud-Est. « J’aime à penser que c’est pour ça que les investisseurs étrangers nous font confiance. »

Laisser un commentaire