Quel sera le vote de la CDP italienne pour le conseil du 29 mars?


Articles / mercredi, mars 27th, 2019
Partagez autour de vous !

Dernier feu d’artifice avant la réunion de Tim le 29 mars, convoquée à la demande de Vivendi pour torpiller les conseillers d’Elliott et tenter de renverser l’hégémonie du conseil d’administration désormais contrôlé par le fonds américain.

Parmi les incidents, il y en a un en particulier mis en œuvre par la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), actionnaire croissant de Tim.

La Cdp (contrôlée par le Trésor) a déjà atteint près de 10% du capital de Telecom Italia, puis brûler les étapes par rapport au calendrier qui a été divulguée par la Cassa il y a quelques jours.

Le vendredi 15 mars, la Cdp a informé la SEC qu’elle avait acheté d’autres actions et qu’elle détenait 9,8% du capital de la première compagnie téléphonique italienne.

Le renforcement de la part de la Cassa dirigée par le PDG, Fabrizio Palermo, s’est réalisé avec des achats en Bourse répartis sur toutes les sessions de la semaine, à des prix compris entre 0,5209 et 0,5566 euros : « Globalement, pour l’ensemble du paquet, la Cdp a dépensé – frais de courtage compris – 1,054 milliard contre 1,49 milliard d’actions, pour un prix de détention de 0,70 euros,  plus élevé que les derniers cours boursiers qui, vendredi, se sont arrêtés juste en dessous de 54 cents », écrit le journal il Sole24Ore ce matin.

La Cassa Depositi e Prestiti détient donc le vote décisif (en tant que pacificateur ?) au sein du complexe des actionnaires du groupe Telecom Italia. L’enjeu est le rééquilibrage du conseil d’administration lors de la prochaine réunion, avec la confirmation de Luigi Gubitosi dans le rôle d’administrateur délégué (bien qu’étant une expression d’Elliott, Vivendi ne l’a pas « défié » comme les autres administrateurs indiqué) alors que la présidence de l’entreprise reste aléatoire : elle est considérée moins ferme, dans le cas de Fulvio Conti.

Également parce que compte tenu de la position d’actionnaire de la Cdp dans Tim, il est prévu que cette dernière puisse exprimer et indiquer les administrateurs dans le conseil d’administration de Telecom, et pourquoi pas en nominer le président.

Mais comment votera-t-elle le 29 mars lors de la réunion ? Malgré quelques indiscrétions non démenties il y a quelques jours, selon lesquelles la Cdp était orienté à ne pas prendre parti, donc à ne pas voter en faveur de la demande de Vivendi ni en faveur d’Elliott, le Sole24Ore écrit : « Tout indique que la Cdp va voter contre la demande de Vivendi de levée cinq administrateurs en quota Elliott « . Et déjà le journal La Stampa du 5 mars avait prévu que la Cdp votera pro Elliott à l’assemblée. Une décision qui serait considérée comme hostile par Vivendi.

« Il est probable qu’il aille dans cette direction, mais la certitude des décisions du Cdp est encore prématurée « , dit un membre du personnel du Sole24Ore.

Nous verrons bien.

Laisser un commentaire