Les employés, premières victimes des raids activistes


Articles / lundi, janvier 28th, 2019
Partagez autour de vous !

Les stratégies d’attaque des fonds activistes sont rodées et suivent bien souvent la même mécanique. Ils approchent les directions des entreprises ciblées avec des propositions basées sur la création de valeur mais qui entraînent généralement par la suite des vagues de licenciements pour mener à bien de vastes projets de restructuration.

On qualifie par exemple Nelson Pelz, dirigeant du fonds activiste Trian Fund Management, de « l’homme aux 100 000 licenciements ». Trian Fund Management fait trembler les plus grandes entreprises, rien n’est trop gros pour Nelson Peltz. On dénombre ainsi parmi ses victimes très nombreuses des sociétés telles que Heinz, Pepsi, Schweppes, General Electric ou encore P&G.

Elliott Management n’est pas en reste et son importante activité de ces 5 dernières années a détruit des dizaines de milliers d’emplois partout dans le monde. Son fondateur, Paul Singer, a peu de remords et ne fait preuve d’aucune pitié lorsqu’il s’agit de remanier les effectifs des sociétés ciblées. Et rien ne sert de s’opposer à Paul Singer car cela est souvent peine perdue et mène directement au tribunal où il a su s’entourer des plus influents. Il a par exemple récemment embauché Richard Zabel, l’ex-bras droit du procureur fédéral de New York.

Au cours des 5 dernières années, nous avons estimé à près de 50 000 le nombre d’emplois supprimés ou menacés par les raids activistes d’Elliott. En voici quelques exemples :

  • AkzoNobel (Août 2017)

AkzoNobel est une entreprise spécialisée dans les peintures, les produits chimiques et les produits de santé, d’origine néerlandaise dont le siège se trouve à Amsterdam. AkzoNobel a réalisé un chiffre d’affaires de 6,6 md€ en 2017.

6400 licenciements

https://www.prnewswire.com/news-releases/elliott-advisors-uk-limited-releases-independent-research-forecasting-approximately-6400-redundancies-in-akzo-nobel-stand-alone-scenario-621411543.html

  • Arconic (Mai 2017)

Arconic est une entreprise spécialisée dans l’ingénierie et la fabrication de métaux légers. Les produits d’Arconic, notamment l’aluminium, le titane et le nickel, sont utilisés dans le monde entier. Arconic a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 13 milliards de dollars.

1600 licenciements

https://www.20minutes.fr/economie/1824489-20160411-alcoa-plongeon-benefices-1er-trimestre

  • Hess (2014)

Hess Corporation, anciennement avant 2006 Amerada Hess, est une entreprise pétrolière américaine qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 5,5 milliards de dollars.

300 licenciements

https://www.reuters.com/article/us-hess-layoffs/hess-cutting-hundreds-of-workers-as-it-battles-activist-investor-idUSKBN1F524G

  • Commvault (Avril 2018)

Commvault est une société américaine de logiciels de gestion de données et de gestion de l’information qui a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 670 millions de dollars.

110 licenciements

https://searchdatabackup.techtarget.com/news/252440441/Hammer-falls-on-Commvault-CEO-company-seeks-Advance

  • Citrix (Juin 2015)

Citrix Systems est une entreprise multinationale américaine qui propose des produits de collaboration, de virtualisation et de mise en réseau pour faciliter le travail mobile et l’adoption des services cloud. Citrix a réalisé un chiffre d’affaires de 2.8 milliards de dollars en 2017.

1000 licenciements

  • Akamai (Décembre 2017)

Akamai Technologies est une société américaine spécialisée dans la mise à disposition de serveurs de cache pour les entreprises et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 2.5 milliards de dollars.

400 licenciements

https://www.bizjournals.com/boston/news/2018/03/08/akamai-agrees-to-work-with-activist-hedge-fund.html

  • Juniper (Juillet 2014)

Juniper Networks est une société américaine spécialisée en équipements de télécommunication. Elle produit des solutions de réseau et de sécurité. Juniper a réalisé un chiffre d’affaires de 5 milliards de dollars en 2017.

600 licenciements

  • Whitbread (Avril 2018)

Whitbread est une entreprise britannique possédant la chaîne d’hôtels Premier Inn, les chaînes de restaurants Table Table, Brewers Fayre, Taybarns, Beefeater et anciennement la chaîne de cafés Costa Coffee. Whitbread a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 3,1 milliards de livres.

250 licenciements

https://www.thecaterer.com/articles/531918/whitbread-plans-250-management-job-cuts-in-restaurant-business

  • Cognizant (Novembre 2016)

Cognizant est une entreprise multinationale américaine fournissant des services d’informatique et de conseil. Elle exerce une activité significative en Inde et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de près de 114,8 milliards de dollars.

13000 licenciements, licenciement de 5% de ses 260 000 employés

https://www.business-standard.com/article/companies/cognizant-bows-to-investor-pressure-on-costs-10-000-likely-to-lose-jobs-117040300379_1.html

  • Thyssenkrupp (Mai 2018)

ThyssenKrupp AG est un groupe de sidérurgie (acier) allemand et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 41,5 milliards d’euros.

4000 licenciements

https://www.ft.com/content/74835d7e-7be4-11e8-8e67-1e1a0846c475

  • Athenahealth (Mai 2018)

Athenahealth est une société américaine qui fournit des services réseau pour les applications mobiles de soins de santé et de points de soins aux États-Unis. Athenahealth a réalisé 1,2 milliards de dollars.

500 licenciements

https://www.bizjournals.com/boston/news/2018/05/07/elliott-management-makes-6-4b-bid-to-acquire.html

  • GEA Group (Juin 218)

GEA Group est une entreprise allemande et l’un des acteurs internationaux majeurs de l’ingénierie mécanique et l’ingénierie d’usine dans le secteur alimentaire. GEA group a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros.

« While large job cuts are not part of Elliott’s plans for now, it does see scope in GEA shutting some of its 65 sites »

https://www.reuters.com/article/us-gea-group-elliott/fund-manager-elliott-sees-scope-for-cost-cuts-at-gea-source-idUSKBN1CG0XE

  • Telecom Italia (Mars 2018)

Telecom Italia est un groupe privé italien de télécommunications qui a hérité du réseau de téléphonie fixe de l’ancien opérateur public du même nom. TIM a réalisé un chiffre d’affaires de 76 milliards d’euros en 2017.

20 000 emplois menacés par la scission

https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/la-scission-du-reseau-de-tim-menace-20-000-emplois-syndicat-1807898.php

Heureusement, certains syndicats n’hésitent pas à monter au créneau pour s’opposer aux stratégies mises en place par Elliott, inquiets des suppressions d’emplois annoncées et des conditions de travail des employés souvent également détériorées.

IG Metall, par exemple, est un syndicat professionnel allemand qui représente les ouvriers de l’industrie métallurgique, du textile et de l’habillement, du bois et du plastique. IG Metall représente de nombreux employés de Thyssenkrupp et milite actuellement contre les activités d’Elliott, rentré au capital en mai 2018, et ses envies de remaniement au sein du fleuron allemand de la métallurgie

« Les syndicats, inquiets pour les quelque 159 000 employés du groupe, ont, eux, déjà fait savoir qu’ils s’opposeront à la stratégie des activistes »

https://www.zonebourse.com/THYSSENKRUPP-436698/actualite/Thyssenkrupp-menace-d-eclatement-par-des-actionnaires-tres-pressants-26942295/

Le ministre allemand du travail, Hubertus Heil, s’était également montré préoccupé en juillet 2018 par la situation de Thyssenkrupp et les ambitions d’Elliott Management, et avait affiché son soutien au syndicat IG Metal. Il est l’un des rares politiques à s’être formellement mis en travers de la route du fonds activiste américain. Un acte courageux lorsque l’on connaît les risques encourus.

« Nous suivons intensivement la situation chez Thyssenkrupp et avec une inquiétude croissante. »

Dans la lignée d’IG Metal, le syndicat Workers Uniting représente 7 700 employés d’Arconic en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. Workers Uniting n’avait pas hésité en août 2017 à montrer son scepticisme par rapport à la scission d’Alcoa survenue en 2016 et déplore la gouvernance des nouveaux dirigeants d’Arconic, guidés par Elliott Management, délaissant ses employés au profit des actionnaires.

« Arconic should be managed by a team whose primary focus is on investing in the business and developing world-class products, navigating a global market roiled by unfair trade, and providing good jobs for its workers. Satisfying the unreasonable demands of hedge funds looking to pad their pockets and move on to their next investment is an unnecessary distraction. »

https://www.workersuniting.org/connect/news/workers-uniting-concerned-about-hedge-fund-efforts-to-oust-arconic-ceo

Aux côtés de Workers Uniting, on compte également le syndicat United Steelworkers qui représente 4 700 employés d’Arconic et qui avait fait les mêmes constats que Workers Uniting reprochant que les stratégies d’Arconic ne soient pas alignées avec les intérêts de ses employés mais avec ceux de ses actionnaires.

« Elliott has held is shares of Arconic for less than two years. Its investment in Arconic is just over 4 percent of the $31 billion it manages. The USW members at Arconic are 100 percent invested in the company for their employment and retirement security. »

https://www.prnewswire.com/news-releases/usw-opposes-nominees-by-elliott-management-for-arconic-ceo-and-board-300451013.html

La résistance contre cette menace activiste évolue et s’organise mais les moyens manquent. Et au vue de l’importante activité des fonds vautours et notamment d’Elliott avec ses récentes entrées au capital de Pernod Ricard, QEP, LogMeIn, Bayer etc., la liste des victimes risque de fortement s’allonger dans les mois à venir. D’ailleurs Paul Singer prévient, il n’aura aucun état d’âme.

« Resentment is not morally superior to earning money. »


Paul Singer

Une réponse à « Les employés, premières victimes des raids activistes »

Laisser un commentaire