Comment Carl Icahn a déjoué la baisse sur l’acier en Bourse


Articles / lundi, octobre 1st, 2018
Partagez autour de vous !

L’investisseur milliardaire, figure connu des fonds activistes et ancien conseiller de Donald Trump, Carl Icahn, a vendu pour environ 30 millions de dollars d’actions d’une société tributaire de l’acier. Cela s’est passé dans les semaines qui ont précédé l’annonce par le président américain des tarifs douaniers sur les importations d’acier. Étrange, n’est ce pas ?!

Au cours des trois premiers mois de 2018, le président Trump a tenu une promesse électorale fondamentale en annonçant une série de droits de douane à l’importation pour protéger les industries américaines de ce qu’il a décrit comme des pratiques commerciales déloyales d’autres pays.

En janvier, il a imposé des droits de douane sur les machines à laver et les panneaux solaires afin de réduire les importations bon marché en provenance de Chine et de Corée du Sud. Quelques semaines plus tard, le 1er mars, il annonçait un droit de 10 % sur les importations d’aluminium et un droit de 25 % sur l’acier.

Cette dernière a eu pour conséquence involontaire de déclencher une vente d’actions à Wall Street, reflétant les craintes des investisseurs face à une guerre commerciale internationale et à l’inflation qui se profilait à l’horizon. Comme on pouvait s’y attendre, les cours des actions des producteurs d’acier américains ont augmenté en réaction à l’annonce des tarifs. Celles des constructeurs automobiles et d’autres entreprises fortement dépendantes de l’acier étranger ont été touchées.

31,3 milions de dollars d’actions Manitowoc vendues

L’une de ces dernières était le fabricant de grues Manitowoc, dont le cours est passé de 29,72 $ la veille de l’annonce à 26,93 $ le jour suivant. Cela n’a surpris personne, mais quelque chose de curieux s’est produit au cours des quelques semaines qui ont précédé le discours de Trump. Selon un rapport publié le 2 mars par le site d’information progressiste Think Progress, l’investisseur milliardaire Carl Icahn, ancien conseiller économique de Trump, a vendu pour 31,3 millions de dollars d’actions Manitowoc.

Carl Icahn, investisseur milliardaire et confident de longue date de Trump, a déversé 31,3 millions de dollars en actions d’une société fortement dépendante de l’acier quelques jours seulement avant que Trump n’annonce son intention d’imposer des tarifs élevés sur les importations d’acier.

Dans un dépôt peu remarqué auprès de la SEC déposé le 22 février 2018, Icahn a révélé qu’il avait systématiquement vendu près d’un million d’actions de Manitowoc Company Inc. Manitowoc est l’un des principaux fabricants mondiaux de grues et de solutions de levage et dépend donc fortement de l’acier pour la fabrication de ses produits.

Grue Manitowoc modèle 999, sur un chantier de construction du parking de l'Université du centre de la Floride. by Joedamadman
Grue Manitowoc modèle 999, sur un chantier de construction du parking de l’Université du centre de la Floride.

Le dépôt a eu lieu à peine sept jours avant un événement de la Maison-Blanche où M. Trump a annoncé son intention d’imposer un droit de 25 % sur les importations d’acier.

Sans jamais mentionner l’expression « délit d’initié », l’auteur de l’article, Judd Legum, a laissé entendre qu’un tel délit a pu avoir lieu, soulignant ce qu’il a appelé le « timing impeccable » de la vente de Icahn. D’autres sources, dont le New York Times, Bloomberg et le Washington Post, ont également noté le moment choisi.  Bloomberg rapporte :

L’investisseur milliardaire a vendu plus d’un tiers de sa participation dans la société Manitowoc, basée au Wisconsin, qui a une exposition importante aux importations d’acier américain, du 12 au 22 février, selon un dépôt réglementaire effectué vendredi dernier. Icahn reste le cinquième actionnaire de Manitowoc avec environ 4,8 % des actions ordinaires de la société.

Bien que la relation entre Trump et Icahn remonte à de nombreuses années et qu’ils soient parfois décrits comme des « amis de longue date » (Think Progress appelait Icahn un « confident » de Trump), le Washington Post a qualifié leur association de très compétitive et axée davantage sur les affaires que l’amitié.

Un flagrant délit d’initié …

Le 3 mars, la NPR rapporte qu’un porte-parole de la Maison-Blanche avait rejeté les allégations selon lesquelles des informations privilégiées auraient été échangées au motif que « Trump a longtemps dit publiquement et en privé qu’il voulait imposer des tarifs ».

Le 5 mars, le groupe de surveillance non partisan Project On Government Oversight (POGO) a publié une lettre demandant à la Securities Exchange Commission (SEC) d’enquêter sur Icahn pour un éventuel délit d’initié.

Logo Manitowoc

Le 7 mars, M. Icahn nie catégoriquement avoir reçu un préavis de l’annonce du tarif dans une déclaration laconique affichée sur son site Web :

« Nous ne commentons généralement pas les rumeurs, mais les récentes spéculations médiatiques concernant notre vente des actions Manitowoc appellent une réponse. Toute suggestion selon laquelle nous étions au courant de l’annonce par l’administration Trump de nouveaux tarifs sur les importations d’acier est catégoriquement fausse. Nous avons réduit notre position dans Manitowoc pour des raisons d’investissement légitimes n’ayant rien à voir avec cette annonce. » Carl Icahn, le 7 mars 2018, sur son blog. 

Le 23 février 2018, Matt Hogan, analyste de recherche, a analysé la vente de Manitowoc par Icahn, qualifiant l’action de surévaluée et de sous-performante, et la croissance prévue de l’entreprise par rapport à son groupe de référence de « médiocre ». Le cours des actions Manitowoc n’a cessé de baisser depuis le 26 janvier.

…quasi impossible à prouver auprès autorités judiciaires

Crédit : « Insider Monkey« 

Bien qu’il existe un précédent en matière de poursuites pour délit d’initié contre des fonctionnaires du gouvernement et d’autres personnes qui détournent de l’information gouvernementale non publique à des fins lucratives, des experts universitaires en matière de délit d’initié disent que la preuve, pour prouver qu’il y a eu échange illicite de renseignements protégés, est assez élevée. Cela rend peu probable une poursuite dans un cas comme celui-ci, étant donné ce qui est su. De plus, l’information en question se rapportait à un changement de politique ayant de vastes effets potentiels sur des industries entières. Les délits d’initiés portent plus généralement sur le détournement d’informations dites « matérielles » propres à des entreprises et à des produits particuliers.

Voilà comment un magnat des fonds spéculatifs a, une fois de plus, déjoué les règles à son avantage ! 

 

Laisser un commentaire